Vivez le voyage aventure avec le blog Adeo

Les exploratrices

Longtemps le voyage a été réservé aux hommes. Il s’est ouvert aux femmes grâce à la persévérance et aux exploits remarquables de certaines exploratrices.

Les exploratrices

Loin d’accepter cette conception qui voulait que l’aventure, l’exploration et la découverte soient interdites aux femmes, celles-ci ont démontré qu’elles pouvaient faire aussi bien et même mieux que leurs homologues masculins. Retour sur certaines aventurières qui n’ont pas seulement fait évolué mais ont révolutionné la conception du voyage et l’image de la femme.

Jeanne Barret

Dès le XVIIIème siècle, Jeanne Barret fut la première femme à faire le tour du monde. Pour réaliser cet exploit, alors que les bateaux étaient strictement interdits aux femmes, cette botaniste prit la décision de se couper les cheveux et se travestir en homme. Découverte à Tahiti, elle fut débarquée sans argent à l’Ile Maurice ou après quelques années, elle reprit la route de la France et conclut son tour du monde. Sa contribution à la botanique française fut sans précédent.

Tuamutu Tikeau, Polynésie française

 Freyja Stark

Au XIXème siècle, Dame Freya Stark fut la première femme occidentale à voyager dans l’ouest de l’Iran. Autodidacte en persan et en arabe, elle se passionna très jeune pour le Moyen-Orient et rejoint le Liban comme infirmière volontaire pour la Croix-Rouge. En quelques années seulement, elle effectua de nombreux treks dans des régions d’Iran où aucun Occidental n’était encore jamais venu et parvint jusqu’à la vallée des Assassins dont elle tira un livre. Durant la Seconde-Guerre mondiale, sa connaissance du terrain l’amena même à travailler pour les services secrets alliés en Syrie.

Abyaneh, Iran

 Alexandra David-Neel

L’une des plus grandes contributrices à la cause des femmes dans le voyage, par sa renommée, est Alexandra David-Néel. Fille d’instituteur, elle s’intéresse dès son plus jeune âge à la géographie. Elle se convertit au bouddhisme vers 20 ans et apprend le tibétain. La carrière de chanteuse d’opéra qu’elle mène pour aider financièrement  sa famille la fait voyager aux quatre coins du monde. Mais sa passion pour le Tibet la rattrape, et elle y reprend ses voyages parvenant même à pénétrer dans Lhassa, alors encore interdite aux étrangers. Ceci lui vaudra une célébrité sans pareil en Europe.

Lhassa, Tibet

Annie Smith Peck

Issue d’une famille nombreuse et lettrée, Annie Smith Peck voulait à tout prix faire des études. Mais c’est dans l’alpinisme qu’elle découvre sa véritable passion, après avoir gravi quelques sommets en Italie ou en Suisse. En 1895, elle accède à la célébrité, en escaladant le Matterhorn dans les Alpes, non pas pour sa performance, mais en raison du pantalon qu’elle portait lors de l’ascension, vêtement interdit aux femmes. A la suite de cette expédition, elle se consacre à l’Amérique Latine où elle gravit le pic d’Orizaba ou le mont Popocatépetl, et en 1908, elle devient la première personne à escalader le sommet nord du Huascaran au Pérou.

Pérou

Par leur courage et leurs exploits, ces exploratrices ont changé les mentalités et prouvé que le voyage et la découverte n’étaient pas une question de muscle, mais d’esprit et surtout de volonté. Leur contribution va bien au-delà de leurs accomplissements, puisqu’elles ont ouvert la route à toutes les femmes qui souhaitent explorer et découvrir le monde par elle-même : navigatrices, naturalistes, géologues ou simples voyageuses.

Toutes les raisons sont bonnes pour partir à la découverte du monde !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>